Aida Berengué

Qualification: Animation
Alumni

En 2018, Aida Berengué a obtenu son diplôme en animation 2D/3D et jeux vidéo à l’Idem. Depuis lors, elle a travaillé en tant qu’animatrice 2D et concept artist pour des séries, des courts et des longs métrages dans des studios tels que Silex Films, Miyu Productions, 2D/3D Animations, B-Water Studios et Teidees Audiovisual.

Depuis son passage à l’école, Aida apprécie « la technique, le travail d’équipe, la capacité à résoudre les problèmes et la capacité à s’adapter au changement ». Les quatre années qu’elle a passées à L’Idem Barcelone, explique-t-elle, « ont été une expérience intense et très satisfaisante ».

OÙ TRAVAILLEZ-VOUS ACTUELLEMENT?

Je travaille en tant qu’animateur sur le film Saule Aveugle, Femme Endormie pour Miyu Productions. Il s’agit d’une adaptation d’un livre de nouvelles de Haruki Murakami, réalisée par Pierre Foldes. Une fois le projet terminé, vous vous rendrez à Viborg pour développer un projet personnel dans le cadre de la résidence d’artistes The Open Workshop.

POUVEZ-VOUS NOUS PARLER DE VOTRE CARRIÈRE PROFESSIONNELLE?

Pendant la 3e année de mes études à L’Idem, j’ai effectué un stage chez Teidees Audiovisuals et B-Water Studios. Ils ont été mes premiers contacts professionnels. En 4ème année et grâce au Sommet, j’ai trouvé un stage en Animations 2D/3D à Angoulême (France). J’y ai travaillé comme artiste conceptuel et animateur pendant six mois. Cette expérience m’a permis d’ouvrir ma vision du secteur de l’animation et, en même temps, de nouer des contacts très intéressants. Ensuite, pendant huit mois, j’ai travaillé comme animateur sur la série « Culottées ». Une production de Charlotte Cambon et Mai Nguye, basée sur la bande dessinée de Pénélope Bagieu. Entourée d’une équipe essentiellement féminine, j’ai beaucoup progressé en tant qu’animatrice et en tant que personne. En 2020, avec Silvia Vicente, une ancienne élève de L’Idem, nous avons réalisé et animé l’ouverture d’Animac 2020. Un projet très spécial basé sur le concept conçu par Carles Porta et Carolina Lopez, avec la musique de Josep Maria Baldomà. L’année dernière, j’ai travaillé sur plusieurs projets avec Drasik Studios et j’ai réalisé le clip vidéo animé en rotoscopie pour « The Game », une chanson dance pop du duo Reyko.

POURQUOI AVEZ VOUS DÉCIDÉ D’ÉTUDIER À L’IDEM? POURQUOI?

J’ai étudié le baccalauréat technologique, j’ai toujours dessiné mais j’avais peur de m’y consacrer pleinement. Sur la recommandation de ma tante, je suis allée à Animac, la Mostra Internacional de Cinema d’Animació de Catalunya. J’y ai rencontré des gens qui en vivaient et j’ai compris que mon rêve était possible. Et c’est là que j’ai découvert L’Idem. J’ai parlé à quelques étudiants et j’ai découvert la proposition académique. J’ai eu le sentiment que c’était une école sérieuse qui formait des professionnels préparés au monde du travail. Le fait qu’il comprenait une formation linguistique et une méthodologie de travail pratique axée sur des projets réels m’a décidé à étudier dans cette école.

COMMENT DÉCRIRIEZ-VOUS VOTRE SÉJOUR À L’ÉCOLE?

Intense et magnifique, elle a nécessité quatre années de travail acharné. En outre, à L’Idem, j’ai rencontré des personnes très sympathiques qui sont maintenant des amis proches.

QUE RETIENDRIEZ-VOUS DE TOUT CE QUE VOUS AVEZ APPRIS À L’ÉCOLE?

C’était un moment incroyable. J’étais curieux de tout, j’ai apprécié tous les cours et ateliers. J’y ai trouvé une véritable passion pour l’art et la créativité et j’ai pu faire quelque chose qui me plaisait. En outre, j’étais le premier de la classe dès le premier jour, ce que j’ai trouvé étonnant et motivant. Ma famille a payé l’école, et j’étais heureux de les rendre fiers.

QUE RETIENDRIEZ-VOUS DE TOUT CE QUE VOUS AVEZ APPRIS À L’ÉCOLE?

Technique, travail en équipe, résolution de problèmes et adaptation au changement. J’apprécie également d’apprendre à présenter son travail en public, qu’il s’agisse de la bobine devant les enseignants ou de son propre travail devant les recruteurs au sommet. Et la persévérance, le fait de ne pas abandonner lorsque les choses ne se passent pas bien du premier coup et de continuer à travailler jusqu’à ce qu’elles se passent bien.

ENFIN, UN CONSEIL POUR NOS ÉTUDIANTS.

Ils doivent aimer ce qu’ils font, expérimenter et ne pas être obsédés par l’idée d’atteindre tel ou tel endroit. Ils doivent également apprécier les personnes qu’ils rencontrent en cours de route et apprendre de chacune d’entre elles. Qu’ils prennent soin d’eux physiquement et émotionnellement, qu’ils se reposent et entreprennent des projets en fonction de leurs possibilités, qu’ils ne veulent pas couvrir trop de choses en trop peu de temps.

Plus d’étudiants en animation